Le mot de Marc Poletti de retour du stage d’entrainement.

Après s’être retrouvé pour un séjour sportif aux Menuires, les joueurs du DBHB sont rentrés pour parfaire leur préparation. Avant de débuter dans l’élite du handball masculin, Marc Poletti s’exprime.


 

Quelles sont les spécificités de l’entrainement aux Menuires. Qui y a-t-il de différent par rapport à un entrainement habituel ?

L’intérêt est d’être à l’écart de Dijon. Après la trêve, on se retrouve tous ensemble  pour vivre la semaine complète. C’est important et bénéfique pour la cohésion du groupe. En ce qui concerne la préparation en elle-même, on travaille principalement le physique avec la randonnée par exemple.

 

Pendant la randonnée, le préparateur physique avait gagé le groupe de conserver des œufs intacts sur eux durant toute la journée. Combien avez-vous réussi à en garder avec votre équipe ?

Notre équipe a réussi à en garder 9 sur les 12, on a su être efficace !

 

Comment définiriez-vous l’ambiance du groupe actuellement ?

L’ambiance est vraiment bonne, le noyau principal des joueurs de l’an dernier est toujours le même. Il y a bien entendu des nouveaux joueurs mais l’intégration se fait sans problème et en douceur. Les entrainements et les matchs amicaux favoriseront leur intégration.

 

Justement, comment faites vous pour intégrer les nouveaux arrivants et en particulier les joueurs étrangers ?

La barrière de la langue peut paraitre compliquée à surmonter mais en fait pas du tout. Ce n’est  pas un obstacle, c’est même plus amusant d’échanger avec eux. De toute manière, on peut parler anglais mais tout le monde fait des efforts pour aller vers les autres et les étrangers essayent d’apprendre le français.

 

Comment voyez-vous l’année en LNH ? Que ressentez vous avant d’entamer la saison ?

On est impatient. On aimerait que la saison commence tout de suite. Après on sait que cela va être dur.Il y a un fossé entre la D2 et la D1. C’est pour cela que l’on travaille rigoureusement. Il faut être le plus en forme possible pour entamer la saison. Derrière des équipes comme le PSG, Montpellier, Nantes et d’autres seront là au rendez vous. Il y a tellement de formations avec dans leurs rangs des internationaux que le niveau va être relevé.  Mais ce sera un pur plaisir que de jouer. Le challenge sera de se maintenir face à toutes ces équipes.

 

 

Un souhait particulier pour la saison ?

Mon souhait serait de ne voir aucune blessure durant l’année. Pour le club bien sur je pense au maintien. Mentalement on est bien là. Il ne reste plus reste plus qu’à continuer à travailler pour relever le défi.